Les Bons Maux…

… de Monsieur Zlatko Zapostroff

La foi est un problème, prouvez-moi que ça n’en est pas un.

Martin Scorsese
Publicités

Les Bons Maux… Pour Martin Scorsese !!

… de Monsieur Zlatko Zapostroff

Taxi Driver est l’un de mes films préférés. Je l’ai vu à 15 ans, lorsque je m’apprêtais à tourner avec Robert De Niro. C’était la première fois que je me sentais trahi par le personnage principal. J’étais en empathie avec Travis Bickle, je me sentais proche de lui jusqu’à ce qu’il sorte une arme de sa manche et fasse un carnage. J’étais déboussolé.

C’est d’une grande ambiguïté, jusqu’au retournement final avec les parents de la prostituée qui le remercient d’avoir sauvé leur fille. Taxi Driver est le film indépendant ultime. J’aurais rêvé de jouer le rôle de Travis Bickle.

Leonardo DiCaprio

Les Bons Maux…

… de Monsieur Zlatko Zapostroff

Celui qui se perd dans sa passion perd moins que celui qui perd sa passion.

Bertrand Tavernier

(source)

Les Bons Maux…Pour Martin Scorsese !!

… de Monsieur Zlatko Zapostroff

Ce qui est merveilleux avec Marty, c’est que tout est toujours très préparé. Sauf sur les Infiltrés. On a donc démarré six semaines avant la date prévue. Marty était sous pression. Il a demandé aux acteurs de l’aider, et Nicholson s’est mis à récrire tout le scénario, à ajouter un personnage… C’était très étrange. Les deux premières semaines, Nicholson ne tournait pas, tout s’est très bien passé. Puis, quand il est arrivé, Marty s’est senti impuissant. Il a compris qu’il ne pourrait pas le diriger. Nicholson faisait ce qu’il voulait. Ce fut une expérience très frustrante. Marty l’a mal vécue, ça l’a totalement déprimé…

Il pensait que les Infiltrés était son pire film. Le plus drôle ? Il a reçu son premier et seul oscar pour ce film.

Michael Ballhaus

Les Bons Maux… Pour Martin Scorsese !!

… de Monsieur Zlatko Zapostroff

Les Bons Maux… Pour Martin Scorsese !!

… de Monsieur Zlatko Zapostroff

Scorsese comprend et aime les vêtements.

Il m’est arrivé, parce qu’il aimait particulièrement le costume d’un personnage, de lui en faire fabriquer un sur mesure pour son usage personnel. C’est arrivé sur Aviator et sur Hugo Cabret.

L’autre chose que j’apprécie chez lui, c’est son amour des chaussures. Dans neuf films sur dix, on ne voit pas les chaussures. Martin Scorsese, lui, leur consacre des gros plans.

Sandy Powell

Les Bons Maux… Pour Martin Scorsese !!

… de Monsieur Zlatko Zapostroff

A mon avis, la collaboration Scorsese-De Niro est la plus importante de l’histoire du cinéma. A partir du moment où j’ai découvert leurs films, j’ai su quoi répondre à la question :

Avec quel réalisateur aimeriez-vous travailler ? »

Leonardo DiCaprio