LES BONS MAUX…

… de Monsieur Zlatko Zapostroff

La laïcité n’a rien d’ambigu. Elle se définit très simplement par trois principes indissociables : la liberté de conscience – un croyant est libre de croire en Dieu, mais il n’engage que lui dans cette croyance ; un athée est libre de nier l’existence de Dieu et de n’affirmer qu’un humanisme athée, mais il n’engage que lui dans cette affirmation – l’égalité de droit sans distinction de conviction spirituelle et l’union des croyants divers, des athées et des agnostiques dans la participation à une sphère publique uniquement dévolue à l’intérêt général. Le bien commun, la res publica, nous permet de dépasser les communautarismes, de nous retrouver dans une sphère publique qui, dans sa neutralité et son indépendance par rapport à toute conviction particulière, permet de fonder la vie commune sur ces trois principes. À partir de là, la laïcité, c’est le principe qui unit tout le peuple (laos, en grec). Son étymologie renvoie à l’unité indivisible de la population, l’union du peuple, sans nier les différences, mais en invitant à considérer au contraire qu’en amont des différences, nous sommes tous des êtres humains, dotés de droits et de devoirs. Liberté, égalité, universalité de la puissance publique : voilà le triptyque qui définit la laïcité.

Henri Peña-Ruiz

(source)

Publicités

Laisser un ZanyCommentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s