Quentin Tarantino is a nigger !!

Lorsque l’on regarde Django Unchained, il est évident que Tarantino prend fait et cause pour les nègres !!

Et c’est jubilatoire !!

Du coup, je ne comprend pas pourquoi, chez certains nègres, les polémiques font rages…

J’en comprend une, je comprend que certains sales blancs (n’y a t-il pas un terme plus péjoratif que sales blancs ?) trouvent le film pas sympa pour eux (la scène où les membres du Ku Klux Klan, ridiculisés par Quentin Tarantino, se prennent la tête est drôle et pathétique…). Les blancs, je devrai continuer à dire les sales blancs, dans le film sont tous abominables, dégénérés, voir consanguins… On se croirait dans Délivrance par moment. Le seul blanc pas dégénéré, c’est le chasseur de primes allemand, sauveur de Django. Il n’est pas z’américain, il vient du vieux continent, il est civilisé, sensible, drôle et intelligent (la scène où il parle d’Alexandre Dumas…). Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de sales blancs en Europe, Franco Nero est là, pas seulement pour notre plaisir de cinéphile mais pour nous prouver le contraire. Donc, en voyant le film, les mauvaises langues américaines, celles qui ont du mal à vivre avec un président noir, peuvent avancer, à juste titre, que Tarantino est raciste ! Il n’aime pas les sales blancs d’Amérique… En fait, le Quentin, il est comme beaucoup d’entre nous, il n’aime pas les cons.

Tarantino fait monter la pression, il nous montre les sales blancs en action. Tout le talent du réalisateur est là, il nous fait du spaghetti rigolo tout en insufflant un réalisme historique glacial, la guerre de sécession n’a pas encore eu lieu, les chiens sont mieux traités que les nègres  et les sales blancs trouvent cela normal, c’est comme ça, pourquoi penser autrement ? En regardant le film, on a mal pour les nègres. Sauf pour un, joué merveilleusement bien par Samuel L. Jackson qui est, si je puis me permettre, d’une noirceur… à faire froid dans le dos… DiCaprio est splendide et s’en donne à cœur joie dans son personnage de sale propriétaire blanc, sans pitié; nous ne sommes pas dans Autant en emporte le vent, les bons sentiments des propriétaires négriers, ici, n’existent pas !! Alors quel bonheur lorsqu’enfin Jamie Foxx descend du sales blancs à tour de bras !!

Merci Tarantino !!

Du fond du cœur, je lui dis merci car j’avais peur… Inglourious Basterds   m’avait laissé sur ma fin… Je m’attendais à un grand film de guerre à la sauce Tarantino et n’avait eu qu’un petit truc bavard, parfois mal joué et sans z’aucune envolé… Si, une, la première scène, très western justement, et les z’autres avec le méchant nazi joué par Christoph Waltz et quelques scènes avec Brad Pitt

Il pouvait donc rater son western…

Et bien NON !!

Christoph Waltz, encore lui, qui revient en gentil dans Django Unchained, est vraiment un excellent comédien apportant une tendresse particulière à son personnage et au film. Génial quand il paye une bière à Django; génial lorsqu’il décide d’aider Django à retrouver sa belle Broomhilda von Shaft joué par la non moins talentueuse Kerry Washington… Que l’on voit nue, une première chez Tarantino, une première…

Quand aux seconds couteaux que l’on croise tout au long du métrage réjouit encore plus le cinéphile qui ne sommeille pas z’en nous ! Bien au contraire… Avez-vous vu et reconnu Tom Savini ? Zoe Bell ? Bruce Dern ? Michael Parks ? Don Johnson ? Dennis Christopher ? Walton Goggins ? Et j’en passe, et j’en oublie ! C’est la vie, c’est la vie !!

Et puis il y a toutes les références à d’autres films, Django de Sergio Corbucci (1966), bien sûr, mais z’aussi Boss Nigger de Jack Arnold (1975),  Lo chiamavano Trinità de Enzo Barboni (1970), Nevada Smith de Henry Hahaway (1966), etc. La liste est sans fin allant jusqu’au Péplum Goliath et l’Hercule noir de Mario Caiano (1963)…

Le bonheur est complet lorsque l’on écoute la bande originale du film, toujours un plus chez Tarantino, avec son lot de musiques empruntées à d’autres films composées par Jerry Goldsmith, Luis Bacalov et Ennio Morricone, of course… Il peut être fier, le bougre, car Ennio Morricone, Il Maestro, a même composé un morceau pour le film, Ancora Qui interprété par Elisa Toffoli, plus connu sous le nom d’Elisa mais, perso, je ne la connaissais pas avant d’avoir écouté la BO… Jamie Foxx a aussi composé un morceau original, 100 Black Coffins, interprété par Rick Ross que je ne connais pas plus qu’Elisa… Le morceau Freedom est superbe mais z’arrêtons-nous là, c’est trop bon !!

Le film dure 02h45. Je n’ai pas vu le temps passé et Tarantino voudrait nous faire une version plus longue !! Pour moi, c’est quand tu veux !!

Un comics écrit par QT himself est déjà sorti, ou presque, aux States; prévu pour décembre 2013 pour nous !! Ici, les premières pages… A voir…

Voilà, pourquoi il faut voir et revoir Django Unchained !!

Voilà pourquoi ce film est un petit bijou !!

Et voilà pourquoi Quentin Tarantino est un nègre !!

Et, à ses z’heures perdues, il est aussi une femme…

Quentin Tarantino

Et là, toutes les photos utilisées pour cette article et plus !!

Laisser un ZanyCommentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s