Vivement PROMETHEUS 2, LE RETOUR !

Je ne savais pas par quel bout prendre PROMETHEUS, le 18ème passager pour essayer d’être le plus juste avec mes z’impressions tant le film nous z’emmène nulle part…

Soyons clair, PROMETHEUS est un film mauvais avec son lot de scènes « nanardiesques » !

C’est tellement « Z » par moment que je me pisse encore dessus…

C’est peut-être pour ces raisons que la dream team de Mad Movies a adoré ce film…

Après moults réflexions, je me suis écrié dans z’un travelling arrière dantesque :

Vengeance,  Spoilons l’histoire !

Trois, quatre…

L’œuvre de Sir Ridley Scott démarre sur des prises de vue aériennes de ce qui ressemble à la Terre à une époque où il n’y avait que de l’eau qui coule et des montagnes.

Là, au beau milieu de tout ça, on aperçoit de loin et de dos, un Jedi, tendance « côté-obscur » avec djellaba à capuche sombre, période « Anakin-Skywalker-juste-avant-que-je-devienne-Darth-Vador ». Le bonhomme est plutôt costaud mais pâlichon. Le regard noir perdu dans les chutes du Niagara qui se déchirent à ses pieds, il fait tomber la veste et…

Il ouvre un récipient (de loin, on dirait une de ces petites tasses à expresso en plastique, genre « Je-bois-un-café-dans-z’une-tasse-moi »…). Il jette un dernier coup d’œil vers son vaisseau et boit le contenu vraiment tout noir et tout pas beau du gobelet tout noir.

Soudain, il a mal, se tortille, commence à devenir tout noir aussi… Décidément, c’est très dark, tout ça…

A ce moment, on se met à espérer… Allons-nous enfin savoir comment Anakin Skywalker est devenu Darth Vador !?! Pas du tout. Que dalle…

Le Jedi géant se casse en morceaux, tombe dans les chutes du Niagara et, comme un aspirine dans son verre d’eau, se dissout complètement, répandant son ADN dans l’eau, créant ainsi la vie sur Terre… OUAH !

Et le monolithe viendra plus tard. Lorsqu’ils z’auront des poils, pas avant !

Heu…

Et puis, on a droit à une deuxième ouverture parce qu’on a était bien sage…

Nous sommes z’en 2089, dans z’une grotte, avec des z’archéologues qui grattent avec le sourire. Et ils font LA découverte qui confirme leurs hypothèses; pas les nôtres parce que nous ne sommes pas archéologues. Donc ils sont tout excités…

Nous sommes z’en 2089… Alien, celui de 1979, démarre en 2122…

Sortons nos calculateurs interstellaires … 2122 – 2089 = 33… Comme l’âge du seigneur votre Christ quand il a mourute sur sa croix… Ça, c’est de la symbolique…

Et là, troisième ouverture… Beaucoup d’ouvertures dans ce film…

Nous nous retrouvons z’à bord d’un vaisseau spatial. Intérieurs spacieux et luxueux, technologies clinquantes qui sautent aux z’yeux, plus rien à voir avec le Nostromo de 2122… Mais on va dire que le Nostromo est un gros cargo commercial de l’espace tout pourri, toujours en service et que c’est pour ça que la technologie à bord est remplie de gros boutons et d’écrans plus z’ou moins vert, rien à voir avec le paquebot de croisière Prometheus…

(intérieur Prometheus, au dessus et en dessous, intérieur Nostromo… 33 z’ans après…)

Reprenons…

Ça sent un peu le 2001, l’Odyssée de l’espace de Kubrick, ça sent un peu les z’introductions d’Alien du vrai Ridley Scott et d’Aliens, le retour de Cameron dans cette troisième ouverture… Mais y a juste que l’odeur, je vous rassure… Manquerait plus le bruit…

Nous faisons la connaissance de David-le-robot qui s’occupe de tout pendant que les 17 membres de l’équipe font encore un gros dodo… David… Comme  Dave Bowman… Tout de suite, faut que j’exagère… Pourquoi pas David Bowie pendant qu’on y est…

A la manière de l’ensemble des robots de Blade Runner et de Hal 9000 (l’autre œil de Sauron) dans 2001, on comprend que David-le-robot se pose des questions. Il regarde Lawrence d’Arabie à la télé, se prend pour Peter O’Toole et visionne les rêves des membres de l’équipage, futurs héros du film.

On peut visionner les rêves en 2089, ça, c’est cool…

Surtout un, celui de celle qui sera l’héroïne de Prometheus 2, le retour… Le rêve de la belle nous montre un papa et sa fille discutant catéchisme au bord de l’eau, avec gros plans sur croix de Jésus… Ce n’est qu’un début, les gros plans sur croix de Jésus jalonnent le film…

Là encore, David-le-robot se pose des questions dans sa tête…

Suis-je un réplicant ? Suis-je un B-MALE ?

Un T-800 ? Un Nexus ?

C’est vrai que ça fait beaucoup de questions…

Et puis, soudainement des lumières rouges clignotent !

On dirait une alerte !! Angoisse teintée d’action…

Houston ! On a un problème ?

Non, non, c’est juste l’heure de réveiller les 17 voyageurs et de préparer le p’tit dèj… On est arrivé… Quel suspens, mes z’amis… Putain, j’ai eu peur, j’ai cru qu’il allait se passer un truc…

Je vous passe la scène du petit déjeuner qui se voudrait être un écho de la scène du petit déjeuner d’Alien du vrai Ridley « Bee » Scott… Lieux communs et grosses ficelles sont au rendez-vous. Du coup, pas terrible…

Ceci dit, on découvre le personnage de Charlize Theron lors de ce réveil. Premier truc qu’elle fait, elle, au réveil, ce sont des pompes ! Cette femme est une femme dure, froide et déterminée, peut-être cruelle. Je vous rassure encore, son personnage ne sert à rien… Ah ! Si ! A un moment, elle est sans pitié…

Cependant on remarque tout de suite qu’elle ne porte pas David-le-robot dans son cœur… et que les combinaisons moule-burnes lui vont bien malgré sa froideur…

Il a l’air si gentil pourtant, le robot…

Ah oui, j’allais oublier, on rencontre aussi un punk tatoué qui fait la gueule et qui n’a pas l’air commode aussi… Cela se veut drôle… Répliques à l’emporte pièce. Le bon mot, la phrase qui tue… Que dire ? C’est pas drôle…

Revenons z’à nos moutons électroniques…

Une fois le p’tit dèj passé, tous Les « z’à-peine-réveillés » ont rendez-vous dans z’une grande salle.

Un vieux apparait devant l’assemblée en hologramme, il explique qu’il est mort mais que c’est lui qui finance quand même l’expédition… C’est donc un mort qui finance le beau voyage parce qu’il est riche et parce qu’il est Peter Weyland… Mais en hologramme vu qu’il est mort…

Puis z’il passe la parole à l’héroïne qui se nomme Shaw (must go on !) et à son petit copain Holloway (Cab) qui expliquent le but du voyage avec une superbe projection diapos :

Ils z’ont découvert des trucs de fous ! Des représentations faites par les z’hommes à différentes z’époques et à différents z’endroits qui nous montrent la même chose. Des planètes positionnées d’une certaine façon permettant au jeune couple d’affirmer, faudra m’expliquer comment, que c’est une adresse et que le type dessiné à côté, nous z’invite à venir les voir.

Et c’est ce qu’ils sont sur le point de faire… Il sont sur le point d’arriver à l’adresse indiquée…

Jusque-là, personne n’était au courant du pourquoi qu’on fait « ce merveilleux voyage »…

Les « z’à-peine-réveillés » vont, dans pas longtemps, explorer une planète probablement peuplée d’extraterrestres que les deux tourtereaux appellent les z’Ingénieurs…

C’est un truc de scientifiques, on ne peut pas comprendre…

Oh my god…

On est arrivé sur LV-223 dans le système Zeta Reticuli…

LV-223…

Mais… Mais ce n’est pas le même endroit que dans Alien du vrai Ripley Scott ?!

Dans Alien du vrai Ridley Scott, c’est LV-426 !!

Et les gars, vous vous z’êtes trompé de planète !

Non ?!

Le vaisseau se pose près d’un immense dôme qui semble artificiel, et quelques membres de l’équipe (pas le pilote car, comme il aime à le répéter, il n’est que le pilote) s’introduisent à l’intérieur du dôme. Ils y trouvent le corps décapité d’un Ingénieur et une grande salle parsemée d’urnes qui ressemblent aux z’œufs d’Alien, ils tombent aussi sur une statue monumentale représentant une tête d’humanoïde et des fresques étranges qui nous montrent furtivement un xénomorphe (un alien pour les z’incultes…).

Jolie première visite guidée par David-le-robot…

Là, petit vent de révolte, le punk au réveil difficile décide avec un autre de regagner le vaisseau avant tout le monde parce que c’est trop flippant.

Pendant ce temps-là, à cause qu’une tempête approche, Mademoiselle Shaw, l’héroïne et Holloway, son copain, se dépêchent d’emporter la tête de l’Ingénieur décapité et David-le-robot embarque, discrètement, une urne qui ressemble à un œuf dans un sac. Mais qu’est-ce qui se trame ? David a l’air d’en savoir plus qu’il n’y parait…

Une fois le calme revenu, on s’apercevra dans tout ça que le punk grognon et son copain qui suit et ce malgré une technologie de pointe, GPS puissance dix mille… On découvrira donc que ces deux cons se sont paumés et sont obligés de passer la nuit dans le dôme. Là, la peur monte et la crème s’épaissit…

De retour dans le vaisseau, Les deux scientifiques découvrent que la tête qu’ils z’ont difficilement ramenée, que ce n’est pas qu’une tête… Il y a un casque sur la tête de l’Ingénieur… Le mec, il a une combi !

Toutes les questions que les fans d’Alien se sont posées depuis 1978 viennent de s’envoler…

La datation au carbone 14 permet d’estimer l’âge de la tête : 2000 ans… Tiens, tiens… Comme c’est étrange, les z’ingénieurs étaient sur le départ il y a 2000 ans… Réanimation la tête, on peut faire ça dans les z’années 2090… Une piqure, un truc qui clignote et la tête se met à bouger, fait la gueule et explose. Ça sert à rien mais c’est marrant.

Pendant que les scientifiques font avancer la science, David-le-robot discute avec quelqu’un qu’on ne voit pas car encore couché dans son caisson d’hibernation. Hommage à Dark Star de Carpenter et O’Bannon ? David, tu caches des choses, maintenant, on est sûr, vilain petit robot…

On ne capte pas ce qu’ils se disent mais z’ils se le disent.

David-le-robot sort de « la chambre » et paf !, croise Charlize Theron qui nous fait comprendre qu’elle sait d’où vient le robot et, comme nous, voudrait bien savoir ce qui s’est dit.

Que de mystères…

Puis David retourne auprès de son urne, l’ouvre et prélève un peu de matière noir qui y a dedans avec son index.

Il retrouve le copain de l’héroïne dans la salle de jeux du vaisseau et, d’une façon subtile, fait boire la gouttelette noire qu’il a au bout de son doigt au jeune homme… Je ne vous raconte pas la lourdeur subtile de cette scène… Il faut bien que tout le monde voit David-le-robot empoisonner le scientifique. Pourquoi ? Ça, on ne le saura peut-être jamais…

Le jeune homme, passablement bourré, rejoint sa copine, l’héroïne, dans sa cabine.

Voulez-vous un autre hommage ?

La nana est en train de manger… Et elle mange avec des baguettes comme les z’asiatiques… Car dans le futur selon Ridley Scott, on fera tout comme les z’asiatiques, revoyons Blade Runner, un autre bon film du vrai Ridley Scott…

Très lourdement aussi, on apprend et c’est super triste, que l’héroïne ne peut pas avoir d’enfants. MERDE ! Ça, c’est horrible !! Elle est dégouttée et pleure… Puis z’elle se calme et ils font l’amour comme des bêtes vu qu’ils sont copains comme cochon. Personnellement et compte tenu de ma grande expérience sexuelle, je peux affirmer que si les filles ne sont pas dans de bonnes dispositions pour faire la basse besogne, on peut aller se faire voir ailleurs ! Mais bon, c’est ce qu’on appelle la magie du cinéma ! Et du coup, ça donne des z’idées à Charlize et le pilote, ils vont s’envoyer en l’air aussi juste après que le pilote la provoque en lui demandant si elle n’est pas qu’un sale petit robot tellement qu’elle est froide et distante. Blade Runner plane encore un peu sur ce script… Etonnant, non ?

C’est au moment où tout le monde baise que les deux cons coincés dans le dôme se font attaquer par une espèce de facehugger. Vous savez, la grosses bébête qui se colle au visage… Suspens teinté d’angoisse…

On se dit, dans la joie et la bonne humeur, que l’action va démarrer…

Une fois la tempête dissipée et le soleil levé, l’équipée sauvage retourne sous le dôme pour retrouver les deux cons qui ne répondent plus aux z’appels.

Se la jouant en solo (donc sans chewbacca), David-le-robot découvre ce qui semble être un vaisseau spatial contenant une carte stellaire désignant la Terre, ainsi que le corps en hibernation d’un Ingénieur. Balaise ! Lui quand il va dans le dôme, il fait pas semblant de bosser. Pas comme les z’autres…

Les scénaristes balancent des z’idées plus z’ou moins reliées entre elles et Ridley les filme. On s’en fout, le but étant de faire croire que c’est une histoire qui fait réfléchir donc compliquée, donc incompréhensible ! L’art de se foutre du spectateur.

Et quel spectacle !

Rosebud…

Holloway, le pote de l’héroïne, qui aurait mieux fait de rester au lit, est de plus z’en plus rapidement infecté à cause de la gouttelette de David le robot. Il se convulse. Est-il possédé ? Doit-on faire appel à un prête ? Quoi ?! Y a pas de prêtre à bord !! Mais que fait la police ?

L’équipage retourne le plus rapidement possible au vaisseau pour soigner Holloway… Juste comme ça en passant, je peux vous dire qu’ils z’en font des z’allers et retours dans ce film. Seulement voilà, Charlize, celle qui rigole pas, ne voit pas d’un bon œil le retour du contaminé et comme elle a vu Alien, le 8ème passager du vrai Ridley Scott, elle décide de ne pas faire la même erreur.

Même pas en quarantaine. Elle le crame à coup de lance-flamme.

Ah oui, elle est cruelle et sans cœur… Si dieu existait, elle mériterait la mort… Oui parce que c’est pas sympa de brûler les gens… Pour le coup, j’espère que dieu existe, qu’elle crève la salope !! Suceuse de bites de pilotes !!

Sans vouloir faire de vilains jeux de mots, cela n’a ni queue, ni tête mais c’est une façon de se débarrasser d’un personnage qui sert à pas grand chose…

L’héroïne, qui, d’un coup, a mal au ventre et qui souffre dans sa tête suite à la soirée barbecue de son copain, se réveille à l’infirmerie, juste au moment où David-le-robot lui prend sa grosse croix qu’elle a autour du cou parce qu’il veut la passer au scanner. Il est gonflé le David… Lui voler sa croix, ça ne se fait pas… Grâce au scanner, il lui apprend l’heureux z’événement, elle est enceinte de trois mois. Mais c’est impossible s’écrie la belle. Elle vient juste niquer ! Moi, j’aurai dit qu’elle avait niqué la veille, elle, elle dit que c’était il y a dix jours… Passons… Et elle est stérile en plus, elle l’a dit la veille ou y a dix jours juste avant de se faire niquer, bordel à cul ! C’est complètement dingue ! David lui apprend aussi qu’il s’agit en fait d’une créature extraterrestre (qui grandit vite, super vite même…) et il veut la mettre  en hibernation pour ramener la créature en l’état sur Terre et l’étudier. David-le-robot est donc un cousin éloigné de Ash, un autre robot…

Malgré les douleurs de plus z’en plus fortes, l’accouchement est éminent, l’héroïne parvient à s’échapper et à marcher dans les couloirs du vaisseau et à se mettre dans z’une machine capable de procéder automatiquement à des opérations chirurgicales pour extraire de son utérus la créature qui ressemble à un poulpe.

Encore une séquence Z…

Ça évite d’impliquer des personnages, c’est chiant, faut faire des dialogues, alors qu’une machine, t’appuies sur ON et c’est parti…

Une fois la césarienne effectué et que le poulpe est mis de côté, la donzelle sort de l’agrafeuse géante et découvre Peter-le-vieux-Weyland qui disait qu’il était mort alors qu’en fait, c’était même pas vrai !

Mais quel retournement de situation…

Peter Weyland, donc, resté secrètement confiné dans les quartiers de Charlize s’avère être aussi le père de Charlize. Non ?! Incroyable !!

On en apprend des choses… On se croirait dans Les feux de l’amour… Peter-le-vieux-Weyland veut rencontrer les Ingénieurs…

Soudain, alors que ça commence à être le bordel à bord, le punk tatoué refait surface, on l’avait zappé celui-là. Zombifié, il attaque l’équipage avant d’être lui aussi cramé au lance-flamme par le capitaine Janek qui n’est que le pilote, je tiens à le rappeler. Mais il veut bien jouer du lance-flamme comme Charlize… Je crois qu’il l’aime bien.

Alors que personne ne lui a rien demandé, ce même pilote, qui n’est là que pour piloter le vaisseau, se taper Charlize et jouer du lance-flamme comme Charlize, explique le « Mais c’est quoi cette planète ? » à l’héroïne parce qu’il a tout compris, comme ça, en claquant des doigts (ATTENTION ! Grand moment de cinéma…) :

la planète a été utilisée par les z’Ingénieurs comme base militaire pour mettre au point une arme de destruction massive, une arme biologique : le liquide noir, j’ai nommé Ze Black Fluid.

Balèze le mec…

Peter-le-vieux-Weyland décide avec son fidèle David-le-robot de retourner dans le dôme pour réveiller un des z’Ingénieur de son hibernation. Aussitôt sorti de son lit, après un bref coup d’œil circulaire, L’ingénieur se jette sur David-le-robot et le décapite. Et il ne s’arrête pas là, il enchaine l’ingénieur, il tue Peter-le-vieux-Weyland qui a bien fait de venir lui aussi, tiens.

Profitant de la situation, l’héroïne s’échappe et regagne l’extérieur.

 

Plutôt bien remise de sa césarienne, elle informe le pilote, resté à bord, c’est normal, c’est sa place, que le vaisseau extraterrestre compte se rendre sur Terre pour exterminer l’humanité. Elle aussi, elle comprend beaucoup de choses…

Encore une allusion mystique, souvenez-vous… La datation au carbone 14…

Il y a donc 2000 ans, au moment où Jésus et ses potes faisaient parler d’eux, les z’Ingénieurs venaient de prendre la décision super grave de nous faire disparaître, l’apocalypse…

A cause de Jésus ? Mais qu’est-ce qu’il a bien pu faire ce con pour que ça énerve autant nos créateurs ?!

Alors que Charlize ordonne au pilote de rentrer sur Terre, Shaw l’héroïne le convainc de détruire le vaisseau extraterrestre qui s’apprête à quitter la planète. Malgré le fait qu’il ait couché avec Charlize, il écoute l’héroïne, Jésus, Marie, Joseph !! On va quand même pas commencer à faire confiance à une suceuse de bites de pilotes, non mais !! Manquerait plus que ça !!

Vous ne me voyez pas mais je fais un signe de croix en fermant les z’yeux…

Le pilote se sacrifie (il ira au paradis, celui-là) avec tout ceux restés à ses côtés en jetant le Prometheus contre le vaisseau extraterrestre tandis que Charlize s’éjecte dans un module de survie, elle n’a pas z’envie de crever, elle !

Bing ! boum ! Paf ! Encore du « Z ».

Le vaisseau des Ingénieurs s’écrase au sol, tuant au passage la belle Charlize (elle n’ira pas au paradis, la chienne) de la façon la plus ridicule qui soit. Merci d’être passée, Charlize. Nan ! Vraiment c’était cool que tu sois de l’aventure, Charlize. Et ton costume, trop bien !

L’héroïne, dans la même galère que Charlize, est , tout aussi ridiculement, protégée par un gros caillou (rires) mais, à court d’oxygène, elle est obligée de retourner dans l’épave du module de survie de Charlize pour respirer. Elle y retrouve son bébé poulpe (on l’avait oublié celui-là, aussi) devenu bien grand mais toujours prisonnier là où elle l’avait laissé après la césarienne.

J’espère que vous suivez…

L’Ingénieur, que Peter-le-vieux-Weyland a réveillé dans le vaisseau, a survécu et attaque notre héroïne, dans l’épave du module de survie. Faut pas réveiller un ingénieur qui dort, tu le sauras maintenant, petite fille… Et d’une façon incroyablement incroyable l’héroïne arrive à ouvrir la porte qui retenait prisonnier sa progéniture, libérant ainsi son énorme bébé poulpe qui saute sur l’Ingénieur, l’empêchant de tuer sa maman.

C’est bien fait quand même…

Profitant une nouvelle fois de la situation, l’héroïne retourne au vaisseau pour récupérer les restes de David-le-robot-décapité encore en état de marche (référence aux z’autres robots de la saga Alien, vous vouliez du lien et bien voilà).

Et maintenant, LE clou du spectacle…

L’héroïne demande à David-le-robot-décapité, deux choses super importantes:

– Premièrement, de lui rendre sa croix parce que faut quand même pas déconner ! C’est sa croix ! Celle que, si je ne me trompe pas, c’est son papa qui lui a donné.

Ça tombe bien, David-le-robot l’avait dans sa poche. C’était plus simple d’un point de vu scénaristique… Si ce con l’avait posé à côté du scanner dans le vaisseau maintenant explosé, il n’aurait pas pu lui rendre sa croix ou, il aurait fallu qu’il fouille les débris du vaisseau, ce qui aurait pris du temps pour retrouver l’objet sacré. Donc l’avoir dans z’une poche était judicieux…

– Deuxièmement, de la conduire au moyen d’un autre vaisseau extraterrestre sur la planète d’origine des Ingénieurs. L’héroïne veut en effet savoir pourquoi les z’Ingénieurs souhaitaient-ils détruire l’humanité. Bah oui ! Faudrait bien qu’on sache !

Dernière séquence. Retour dans le module de survie. Intérieur jour. L’ingénieur empoulpé est allongé sur le dos, inerte. Hou… Ça n’a même pas le temps de faire sursauter quelqu’un, que le corps de l’Ingénieur tué par le poulpe géant s’agite et une créature ressemblant à un xénomorphe grimaçant s’extrait de son thorax tandis que l’on voit le vaisseau extraterrestre réquisitionné  par l’héroïne prendre son envol à la Star Wars vers l’infini et au delà…

FIN… Enfin…

Tout ça pour ça…

Et bravo à celles z’et ceux qui ont réussi à lire tout ça parce que franchement c’est presque aussi long et chiant que le film…

On croirait une histoire écrite par des jeunes catholiques pratiquants, boutonneux et persuadés que le curé du village les z’aime bien pour leur dévotion et non pour leur petit cul bien ferme…

De nombreuses questions m’interrogent !

Et la première, je l’adresse à la Mad-Team de Mad Movies, ma revue de cinoche que j’aime !

Voilà ce que certains membres de l’équipe déclarent à propos de Prométheus dans le n°253 du mois de juin 2012 :

Trop elliptique mais vertigineux. Sir Ridley mérite d’être anobli une seconde fois.

Cédric Delelée

Un putain de panard science-fictionnel d’une beauté transcendante ? TROIS FOIS OUI !

Laurent Duroche

Ridley Scott : 75 ans et toujours visionnaire.

Fausto Fasulo

Superbement filmé, acteurs impeccables, direction artistique impressionnante… Mais contrairement à Alien et sa suite, la narration patine souvent et, surtout, ça ne fait pas vraiment peur.

Jean-Baptiste Herment

Une œuvre bicéphale, déchirée entre les aspirations métaphysiques de Scott et un cahier des charges sans doute imposé par la Fox. Contient tout de même quelques-unes des meilleures scènes de la saga.

Alexandre Poncet

Après tout ce temps, Ridley a encore la classe : Prometheus se place sans honte derrière Alien 3, dernier bon film de la saga.

Rurik Sallé

Donc ma question est la suivante…

Etes-vous réellement des professionnels du cinéma ?

Parce que là,  j’en doute sincèrement…

A moins que l’on vous est contraint et forcé, sous la menace d’une arme de destruction massive…

Cependant et ceci dit, dans le Madeux Mouvie n°254, deux journalistes trouvent le Prometheus mauvais :

La plus grosse déception depuis bien longtemps. Creux et pompeux. Mais au moins, c’est beau…

Didier Allouch

On comprendra sûrement tout avec la version de 5 heures, mais j’ai déjà trouvé celle-ci bien longue…

Gilles Esposito

MERCI LES GARS, VOUS RELEVEZ LE NIVEAU !!


Bon…

Beaucoup de contaminations dans ce film…

Qui couche avec qui ?

La réponse, juste en-dessous…

(Merci Carlos Poon)

Sommes-nous sur la même planète que dans Alien ?

La réponse est non, LV-223 n’est pas LV-426…

Mais si c’était oui, comment se fait-il que le Space Jockey (les z’Ingénieurs) ne soit pas sur son siège comme dans Alien ?

Parce que ce n’est pas la même planète !!

Donc on ne sait toujours rien sur ce qui s’est passé sur LV-426, sur le Space Jockey mort aux commandes de sa mitraillette géante. D’ailleurs, sait-on si c’est une mitraillette géante ? En fait on est dans z’une salle de bain et la « mitraillette », c’est la douche… On verra tout ça dans le deux.

On ne sait toujours rien sur les z’œufs que découvre John Hurt. En fait, on ne sait qu’une chose, c’est à quoi ressemble le Space Jockey…

Les xénomorphes existent-ils déjà ?

La réponse est OUI ! Vu que les deux trous du cul perdus dans le dôme tombent sur un charnier d’Ingénieurs au bide éclaté de l’intérieur…

Ce qui voudrait peut-être dire que les z’Ingénieurs ont besoin des z’hommes pour faire leur arme de destruction massive ?

Parce que pour faire un bon xénomorphe, il faut :

– petit un, un humain contaminé par the black fluid

– petit deux, un humain contaminé par the black fluid qui couche avec une humaine

– petit trois, un humain contaminé par the black fluid qui couche avec une humaine qui accouche d’un poulpe

– petit quatre, un humain contaminé par the black fluid qui couche avec une humaine qui accouche d’un poulpe qui contamine un Ingénieur

– petit cinq, un humain contaminé par the black fluid qui couche avec une humaine qui accouche d’un poulpe qui contamine un Ingénieur qui accouche d’un xénomorphe !!

(voir tableau ci-dessus)

Doit y avoir un moyen plus facile ?

Dans le 2, on verra peut-être… Ou dans Star Wars épisode sept… Peut-être dans Indiana Jones 5 vu que dans le 4, il croise des extraterrestres…

Comment se fait-il que David connaisse les combinaisons qui ouvrent les portes dans le dôme et dans le vaisseau des z’Ingénieurs ?

Comment se fait-il que le pilote sache que cette planète est une base militaire ?

Pourquoi l’adresse laissé par les z’Ingénieurs aux z’humains que nous sommes correspond à leur base militaire ? C’est comme si j’avais un coffre-fort dont j’avais donné les codes à tout le monde…

A quoi bon vouloir lier ce Prometheus à la saga Alien même de loin ?

Et les z’ingénieurs, est-ce qu’ils z’ont des z’ingénieuses ?

Non, parce que là, on ne voit que des beaux mâles virils pleins de muscles, le corps huilé et le poils coupé court…

AMEN !
DONC
Vivement le 2 !!
Qu’on s’marre !!
Je dirai même plus
vivement la version longue de Prometheus 1
Voulez-vous en savoir plus sur l’Alien ?
J’aime bien leur petit slip…
Publicités

36 commentaires sur “Vivement PROMETHEUS 2, LE RETOUR !

  1. tout à fait d’accord avec toi, une belle merde en boite ce film, manquerait plus que les Aliens aient un taux de medicloriens. haha!! entre les croix de Jesu, les « ho my god » et les incohérences scénaristiques (ça existe cette expression?!), il ne reste plus rien, que dalle, nada! Ridley Scott a eu de la chance avec alien, ou peut être avait il du talent, mais je le cris haut et fort, TU ES EN TRAIN DE TUER TON CHEF D’ OEUVRE!! IL NE FAUT PAS ALLER VOIR PROMETHEUS!!
    sinon pour mad movies, Cédric Delelée, Laurent Duroche, Fausto Fasulo, Jean-Baptiste Herment, Alexandre Poncet, Rurik Sallé, allez vous faire « BIP »! Vous avez des gouts de chiotte!
    HAAaa!! Ca fait du bien de chier un coup.

    • Lucas a cassé Star Wars… Spielberg et Lucas (encore lui) ont pété la gueule à Indiana Jones… Ridley rend hommage aux casseurs de mythes à son tour en devenant un casseur !!

      Délinquant, va !!

    • C’est la preuve que dans prometheus, les Aliens étaient déjà présent. C’est la fresque à la con qui disparait parce la température de la pièce a changé, tu sais,  » grande salle parsemée d’urnes qui ressemblent aux z’œufs d’Alien »

    • Quitte à raconter n’importe quoi, racontons n’importe quoi ! Voilà LA ligne de conduite des scénaristes (Damon Lindelof & John Spaihts) et de Ridley !!

    • Si t’en as d’autres ! Vas-z’y , balances !!

      Il est évident que j’en ai raté ! Que j’en ai oublié ! Que j’en ai pas vu !

      « Le -24 », je l’avais zappé celui-là !!

      Merci !!

  2. En revanche, il me semble bien que Noomi dit qu’elle avait fait crac-crac dix HEURES et pas dix jours avant, ce qui serait crédible, du coup.

  3. personnellement je pense qu’il sagit bien de la même planète…ne pas oublier que l’ordinateur du nostromo déroute l’appareil vers un sos et vu la politique des authoritées, la falsification d’un nom de planète dans l’immensité d’un système (simple petit programme informatique n’est pas inenvisageable). D’ou l’appareil extraterrestre qui se retrouve dans cette position étrange à la fin du film et dans Alien…
    On a aussi un gros problème de technologie et d’esthétique dans ce film…le bloc chirurgie (même si c’est une technologie rare) pour la « césaliene » . quand on voit Bishop oppérer à la main et au scalpel dans Alien il y a quand même un monde….Les tenues et casques I tech en décalage complet avec les combinaisons plus « NASA » des premiers films… les aliens en carton pate non finito…qu’on voit a moitié…
    C’est beau, mais c’est bancal… Un film pour Mad Movies plein de craignos monster…
    Bravo pour ta reflexion…j’ai eu la même avec ma compagne en revenant en voiture…la croix, l’an 0…

    • Merci ! Quel plaisir de voir qu’il y a des z’êtres humains qui partagent les mêmes convictions sur ce film… Et bravo pour ton « Césaliene » !!

      Tu penses que c’est la même planète… Donc, si tu as raison, c’est encore plus grave qu’il n’y paraît !!

      Nous sommes tousse foutusse !! PROMETHEUS !!

      Quand est-ce que sort Prometheus 2, le retour ?

      • Non ce n’est pas la meme planète! Dans les « vrais » Alien nous sommes sur LV- 426, pas dans prometheus en revanche… c’est archi-sûr, je l’ai noté au début du premier et UNIQUE visionnage de ce film qui est une déception énorme.
        Joli article, je n aurai pas mieux dit. Tu aurai pu appuyé un peu plus sur la stupidité des personnages, qui, sur une planète inconnue, s’amusent a chatouiller le ventre d’un s »erpent » inconnu en rigolant…. navrant… J’ai failli sortir de la salle à ce moment là… tu aurai pu appuyer aussi sur la grande logique de la scène du suicide des pilotes, qui, ne connaissant pas les tenants et les aboutissants de l’histoire écoulée décident, en grand héros, de se jeter délibérément sur le vaisseau des ingénieur écourtant leur espérance de vie de manière drastique …

        • On aurait pu dire tellement d’autres trucs sur cette bouse, que je te remercie d’en rajouter une couche…

          • Oui on aurait pu mais ton article est proche de la perfection et prometheus est la plus grosse déception de ma vie au cinéma!!! Je t’en remercie, j’ai beaucoup ris en le lisant 😉
            Une dernière chose énervante, c’est la façon dont certaines personnes te regarde quand tu leur dit que tu n’as pas aimé le film.
            En général, ce sont les mêmes personnes qui sont fan de Lost (j’aime bien Lost mais la fin c’était selon moi un mini foutage de gueule) et de Lindelof forcément. Ils te font ressentir que tu n’es qu’un abruti, que tu ne comprends pas les questions métaphysiques que le scénario génial soulève. Que tu n’es pas assez intelligent pour comprendre le Grand Lindelof et que si tu n’as pas aimé ben tu es un con en gros etc…
            Ben non, pardon, j’ai compris, juste je trouve que ce film est naze sur bien des aspects, et je trouve que Lindelof est très bon pour poser des intrigues alambiquées mais j’estime qu’un « raconteur d’histoire » à la responsabilité de t’expliquer où il t’emmène. Ce n’est pas à nous d’imaginer les raisons de tel ou tel élément du scénario. Garder un minimum de mystère oui, Matrix est allé bien trop loin ds l’explication par exemple, c’était du grand portnawak. Mais bon, un minimum quoi. J’espère que Lindelof va arrêter de sévir ou je lui fais un procès 😉

            Et arrêtez de vs prendre la tête: « Mais? ds Alien le space-jokey est ds le gros fauteuil!!! Pourquoi on ne le voit pas y aller dans prometheus? »
            CE N’EST PAS LA MEME PLANETE! dc pas la même histoire, ni le même vaisseau, ni le même space-jockey. (Ca encore, perso, je m’en fous de savoir comment le vaisseau ds Alien est arrivé là, ça entretien un mystère 😉 )

            Désolé je me suis un peu lâché mais j’en ai gros sur la patate depuis le 30 mai 2012 lol Bise à tout le monde!

            • Au contraire, lache tout !!

              Le problème est simple, en fait… Il n’y a pas de scénario !
              Ils z’ont voulu nous le faire croire mais se sont plantés… Et puis vouloir ressembler à Stanley Kubrick n’est pas chose facile. Ridley Scott n’est pas un grand metteur en scène, c’est un réalisateur de films comme il y en a plein, ni mauvais, ni bon, ça dépend des scénarios…

  4. aucune idée, mais ça va être compliqué de faire une suite avec un seul être humain…dur de tenir 2 heures d’angoisse et de peur pour cette pauvre actrice seule face aux créateurs ^^…
    perso, pour la suite de la suite j’aurais repris un peu les bases et montré l’arrivée d’une première vague de colon sur cette planète histoire d’expliquer les oeufs retrouvés dans la cale du vaisseau dans le premier opus…ce qui bouclerait le cycle et permettrait de retomber a peu près sur ses pieds à RS…
    Le top serait d’ailleurs de montrer le côté le plus intriguant de l’univers…a quoi ressemble la terre (en évitant le truc bateau qu’il nous a montré, de beaux paysages pour faire de la spéléoantrhopologie), pourquoi va t’on miner aussi loin, quels sont les politiques, militaire, factions qui s’affrontent…qui est au courant, qui piège ces colons en les envoyant sur cette planète renommée (si la théorie est exact)…Là on pourrait avoir un peu plus de psychologie et voir quels sont les véritables enjeux pour l’humanité de récupérer cette arme biologique…l’Alien.

    • Toi, tu voudrais un scénario intelligent… Et tu voudrais qu’ils nous parlent de l’Alien qu’on aime… Le problème c’est que je ne crois pas que ce soit prévu… Sir Ridley a dit qu’il ne voulait pas coller trop à l’univers d’Alien… Il aurait mieux fait de ne pas y coller du tout…

      Plus on pense à Prometheus, plus z’on voit les fatals errors… D’où le « vivement Prometheus 2« …

      En parlant de ça et en lisant ce que tu as écris, on pourrait lancer un jeu pour rire.

      Imaginons Prometheus 2 !

      Dans le 2, on va découvrir que les z’ingénieurs avec leur côté statue grec genre Apollon ont tous disparu de leur planète et des z’autres… Pourquoi ? Et bien parce que si on se souvient bien, dans le vaisseau des z’ingés, il y a environ 2000 ans, les mecs, soit disant, voulaient revenir sur Terre pour nous détruire et ils z’avaient l’air vachement pressé et déterminé. C’est ce que miss Show-must-go-on et son robot cassé sont censés découvrir dans le 2…

      Si les z’ingénieurs n’ont pas tous ou presque tous disparu, comment se fait-il, alors, qu’ils n’aient pas z’envoyé un autre vaisseau pour remplir l’importante mission « Destruction Terre » ?

      Imaginons Prometheus 2 !

      Au nom du père, du fils et du saint esprit…
      ALIEN !

  5. Hey Ridley! Comme on est sympa on va te donner tes chances de t’en sortir sans trop de menaces de mort :

    -Tu nous dit que ton pseudo alien final à la bouche de brésilienne est en fait une reine qui va pondre et que le big boss des ingénieurs (de la bonne taille cette fois, hein?) va récupérer les oeufs pondus (pas tes jarres de jean michel!) pour continuer sa mission de tuer l’humanité (ou élever des aliens c’est comme tu veux mon chou) mais que bien sûr il va se cracher sur LV-426 après s’être fait infecter pour crever sur son siège (au bon endroit sur la bonne planète quoi). Bon pour les incohérences temporelles et technologiques, un p’tit fist et on te pardonne…

    -Ou tu peut nous avouer que t’était bourré et financé par l’église catholique et que c’était l’occaz de tester tes nouvelles caméras 3D de merde.

    -Ou tu peut sucer des bites en enfer et donc rejoindre ton frère qui vraisemblablement ne s’était pas remis de ton film! (constructif, vous avez dit constructif?).

    • Ça y est… Il se libère… Ça fait du bien, n’est-ce pas ?

      Je flaire que tu n’as pas encore fini, que tu n’as pas encore tout dit…

      • Oui ça fait du bien et oui j’ai pas finit, mais qui pourrait avoir finit tant le film (cette merde) est énervant au possible?
        C’est bien simple y’a tellement de blasphèmes à Alien que je ne sais pas par quoi commencer…
        Au final ce qui m’a le plus énervé : qu’il ose le rattacher (cette merde!) à Alien, ce qui inévitablement m’obligera à y penser (à cette merde!!) lors de chaque visionnage d’Alien (exit les films sur leur origine que je me faisais dans ma tête…).
        Ce serait mentir si je disais oui je vais totalement l’oublier (cette merde!!!) et le détacher d’Alien…sûrement en grande partie avec le temps mais j’aurais toujours une petite piqûre de ce film (cette merde!!!!).
        N’oublions pas aussi que ce prétentieux sans limites voudrait (ou a déjà c’est selon) rattacher les suites de son « nouveau bébé » à Blade runner (tant qu’on y est!) : à quand Alien vs Jesus vs Blade runner vs Gladiator vs Dora l’exploratrice?

        • Et Robin des bois !!

          C’est marrant mais maintenant, je considère ce film comme une infâme bouse, une pâle histoire qui pompe Alien et autres chefs-d’œuvres… Je ne le vois pas comme faisant parti de l’univers d’Alien… Tout comme le Alien vs Predator , que je trouve bien meilleur que promethe…, mais que je ne classe pas dans la série des Aliens
          Allez donc savoir pourquoi, ma bonne dame ?! Allons !

    • Avec plaisir, histoire de le pourrir un peu plus !! Mais je dois absolument me mater les films que tu m’as déjà prêté et que je squate depuis trop longtemps !!

  6. En tout cas on est tous d’accord, seule la manière de le dire diffère…c’était c’est et ce sera une bouse…
    Aïe en plus il veut casser le mythique blade runner…

  7. Pingback: Alien Cov… Alien !! | ZanyBao

Laisser un ZanyCommentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s