Elvis Presley Special OCT-3-1977

Attention !
Si vous ne connaissez pas le bonhomme, ne commencez peut-être pas par cette vidéo qui nous le montre quelques temps avant sa mort. Il n’est pas au mieux de sa forme, il est poussif; on le sent fatigué et sa voix, son souffle ne sont pas toujours au rendez-vous. Et dire qu’il n’a que 42 ans…

Mais il reste incroyable quand même…
Je n’en dirai pas plus.


8 commentaires sur “Elvis Presley Special OCT-3-1977

  1. Hérétique, homme de peu de foi, pourriture, les mots me manquent pour te dire ma haine, Elvis Presley alias The King, je te cite enflure « pas au mieux de sa forme, poussif, fatigué… » ARGHHHHH. En plus, ton post infâme est nommé OCT-3-1977, il est mort en août, tête de noeud. C’est décidé, je contacte le plus rapidement la mafia turco-thiéroise, et je vais te faire dessouder… Tu ne mérites pas mieux. De plus je vais te dénoncer à Etasoeur, si les Turcs ne t’ont pas achevé, il s’en chargera.

    Quant à ta tentative de rattrapage, je te re-cite « Mais il reste incroyable quand même… » est à l’image du personnage que nous ne connaissons que trop bien, toi, basse et re-minable.

    Le point positif de ce post merdique reste, et là je te re-re-cite « Je n’en dirai pas plus », on est enfin soulagés…

    Je te laisse, en te souhaitant de décéder dans d’atroces souffrances.

    Mes amitiés sincères.

    Sinon, la famille, ça va ???

    • Hello ! Mouche à chaud !
      Houuuu ! Pas content le vieux monsieur…
      Je reconnois bien toute la fourberie qui t’habites, Enculator…
      Tel le violeur des bas quartiers, tu enfonces tes crocs acérés dans mon âme.
      Certainement pour me faire pleurer.
      Raté.
      Pas z’une larme, nada.
      Ce qui m’étonne, mais pas vraiment, de la part du fan que tu prétends être, c’est de ne pas reconnaître cette vérité :
      « pas au mieux de sa forme, poussif, fatigué… »

      42 ans (tu vas pas me dire qu’il pète le feu…), il est obèse. Malade…
      Cependant cet Homme est là.
      Quand même là, debout, souriant, généreux, assurant au mieux…
      Et il y va, y prend plaisir, se donne à fond, il veut toujours faire du Rock’n’Roll (et des roucouleries aussi…).
      Il aime toujours cela d’où le « Mais il reste incroyable quand même… »
      Et pour encore aller plus loin
      (je sais que tu aimes bien quand on n’hésite pas d’aller plus loin…) :

      Peut-être qu’à force de cigarettes mal roulées pour toi et, pour ma part, des raccourcis malheureux et instinctivement amers
      ( « à cause que » le film montre à quel point, Elvis the pelvis, The King !!, El Rey… était la machine à sous de quelques salopards sans scrupules.
      Ces z’enculés (des cousins à toi ?)
      ont tué le bonhomme parce que
      « IL » rapportait un max de thunes, le cochon !
      Pourquoi ?
      (on le voit toujours bien dans le film)
      Parce que le Elvis, malgré tout, il a la classe.
      PUTAIN ! Il sait que c’est lui, le « quinge » !
      IL y croit, le bougre et ça marche !
      Le public est bien présent, ça hurle, ça rit, ça applaudit fort.
      Le public aime le roi.
      Elvis est, dans leurs yeux remplies de larmes, toujours le même.
      Il est beau ! C’est lui le meilleur !
      Et les z’enculés profitent du bonheur ambiant en vidant les portes-monnaies des z’amoureux pendant que l’autre, sur scène, n’en peut plus.
      The King à paillettes est au bout du rouleau.
      Il brille comme une bougie à l’agonie peut briller avec une mèche bien trop brûlée débordant de cire boursouflante et étouffante.
      Il s’éteint…
      Il n’a que 42 ANS
      (je sais, je me répète) !
      Il est ravagé !
      Il a le souffle court
      (et tout ceux qui ont prit du poids à un moment de leur vie, savent de quoi je parle mais ils ne font pas des concerts à la chaîne…)
      Il se déplace peu ou pas longtemps.
      Régulièrement, il demande le soutien de ses choristes.
      C’est dans ces moments-là, entre autres, que je le trouve royal.
      Il est reconnaissant, cela se voit, il remercie du regard, d’un petit sourire, d’un geste… son band.
      Mais comment regarder ce concert sans voir qu’il souffre ?
      Oui, c’est Elvis. Oui, c’est le plus beau (quoique là, c’est quand même dur…). Oui, c’est le meilleur !

      Mais franchement, vous ne trouvez pas, très cher, qu’il n’a rien à foutre sur une scène dans son état !
      Comment ont-il pu lui faire ça ?
      Le laisser continuer ?
      Encore…
      « Il a encore un peu de jus et bien pressons ! »
      Jusqu’au bout…
      Et comment ne pas le voir ça, malgré le fait incontestable (de marbre) que nous regardons THE KING, le merveilleux ?

      C’est ça qui est grave…
      C’est ça qui m’a mis ce goût nauséeux dans la bouche et c’est cela que j’ai voulu partagé en partageant cette émission avec vous, petit peuple.
      PARDON pour la parenthèse beaucoup trop longue, Jean Convient.)
      ont laisser la méprise s’installer dans ton esprit malodorant.

      Quand au titre de l’article « Elvis Presley Special OCT-3-1977 » fait, bien entendu, référence à la date de diffusion de l’émission qui est ce qu’elle est…
      Sachant, tout de même, que les gens qui ont fait ce film au moment du tournage, ne savaient pas qu’il allait mourir (jusqu’aux larmes).
      Et puis il est mort.
      Et puis les gens, ils z’ont fait le montage…
      Car, ne l’oublions jamais, IL Y A MONTAGE…
      (c’est pas comme si, ils avaient fait le montage alors que le Elvis, il est pas mort…
      C’est pas le même état d’esprit…
      Je précise bien ma pensée pour être certain d’être bien compris…)
      Et donc la date de diffusion de ce moment de grâce
      -ou de graisse-(land)-
      était le 03 octobre 1977.

      « Si je m’a pas trompé ! »

      Mes amitiés sincères.

      Sinon, la famille, ça va ?

  2. You were always on my mind
    You were always on my mind

    Tell me, tell me that your sweet love hasn’t died
    Give me, give me one more chance
    To keep you satisfied, satisfied

    Finalement, on est d’accord (de guitare), juste un problème de traduction, une dichotomie vocabulesque.

    C’est le chagrin qui m’égare (du Nord), la peine (à jouir) qui m’habite (de cheval). Je ne me suis jamais remis (de pain) de la mort du King (créole). Je croyais être fort (comme un Turc), je m’étais persuadé que tout ça c’était loin (et Cher), mais tu es venu remuer le couteau (à fromage) dans la plaie, toute cette tristesse tapie (de souris) au fond de mon petit coeur (d’Artie Shaw), les larmes ont bousculé (de ta mère) les mots , qui ont bousculé (de ta race) ma bière, …

    Car, oui, tu as 1000 fois (de canard) raisons sur tout, tout le temps (de merde). Le King, un monstre de talent, de générosité, d’amour, de rock and roll.

    ELVIS, je crie ton nom dans le noir, et seul le voisin me répond : « C’est pas bientôt fini ce bordel… »

    Mais, j’entends sa voix…

    Is your heart filled with pain, shall I come back again?
    Tell me dear, are you lonesome tonight?

    • C’était son dernier concert : IL était donc bien malade a en crever , Le KING qui n’en était pas moins homme.
      Son corps avait déja commencé le compte a rebours mais toujours autant d’humour et de gentillesse ; quel coffre et puissance dans la voix . Pour moi cette version de MY WAY est sa meilleure.
      Malgré son allure de super héro tout le long de sa vie avec ses capes en tous genres ceux qui l’ont rencontré le long de sa vie ( je ne parle pas des fans) témoignent souvent de sa gentillesse et de son humilité.2 qualités que l’on souhaiteraient a ceux qui n’aiment pas celui qui a vendu plus du milliard de disques
      et qui perdent leur temps ( et le mien ) a baver sans pouvoir entacher cet artiste qui a fait sauter dans de barrières tant raciales , musicales ou culturelles.
      LONG LIVE THE KING .TCB

Laisser un ZanyCommentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s